• La Communauté de Communes du Pays de L’Arbresle organise un Défi Zéro Gaspi. Ce challenge est gratuit et ouvert à tous. Il a pour objectif de relever le défi de réduire les déchets en 4 mois. Le défi débute le premier week-end de février par un évènement de lancement. Les participants pèsent leurs déchets, mettent en application des nouveaux gestes et mesurent leurs résultats. Ce défi est organisé en partenariat avec l’association HESPUL. Tout au long du défi, il sera proposé aux familles des ateliers, rencontres, visites, astuces,… Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 19 janvier 2018.

     

    Que l'on soit déjà un adepte du zéro déchet, un débutant complet motivé pour changer ses habitudes ou un habitant curieux de connaître le poids généré par ses déchets, le Défi est ouvert à tous, en famille, entre collègues ou voisins ou en solo. Les familles ont simplement à compléter le bulletin d’inscription disponible sur le site internet de la Communauté de CommunesLe service Gestion des Déchets de la Communauté de Communes reste à votre disposition si vous souhaitez des renseignements complémentaires sur le sujet.

     


    votre commentaire
  • Ambiance très détendue pour cette Commission Menu qui s'est déroulée mardi 12 décembre sous la tutelle de Matthias FLORA, élu en charge de cette Commission.

    Autour de la table, sont rassemblés les "dames de cantine" des trois restaurants scolaires (Dolto, Lassagne et Mollières), le prestataire ELIOR, une élue de L'Arbresle et des représentants des parents d'élèves des Mollières et de Dolto/Lassagne.

     

    BILAN DES REPAS DE NOV. DEC. 

     

    Le prestataire ELIOR a précisé que la moyenne des plats consommés est de 84 %. Dans le détail, le chiffre pour les élèves de Dolto est de 75 %; celui pour les élèves de Lassagne est de 88 %.

     

    Les tops, les flops

    Nombre de plats ont été fort appréciés des enfants : 

    - entrées : chou blanc, rillettes de la mer à tartiner, potage, céleri rémoulade;

    - plats chauds : paupiètes, gratin de chou fleur, macaronis, sauté de poulet, quenelles, tous les poissons, boulettes de soja, saucisson lyonnais, omelette ;

    - desserts : gâteau au chocolat, gâteau à l'abricot ou aux myrtilles, ananas

    Les recettes ont été demandées, mais le chef garde le secret ! Il faudra retenter la prochaine fois !!!

    Les parents d'élèves présents soulignent la diversité des plats proposés.

     

    Un zoom a été fait sur les plats moins appréciés par les enfants :

    - entrées : houmous, salade de haricots verts bio;

    - plats chauds : gigot d'agneau, purée.

     

    Des entrées délaissées

    Les "dames de cantine" font remonter qu'il n'est pas évident de faire manger les entrées aux enfants.

    Le prestataire confirme que, dans la plupart des familles, peu d'entrées sont préparées lors des repas. Les enfants se réservent pour le plat principal, voire le dessert (sauf si bien sûr, c'est pizza en entrée !!!).

     

    Un grammage précis

    Les portions servies aux enfants sont étudiées selon un grammage précis. Les enfants mangent à satiété lorsque le repas est constitué d'une entrée, d'un plat chaud, d'un laitage et d'un dessert.

    Si certains enfants font l'impasse sur l'entrée par exemple, alors ils risquent d'avoir un petit creux à la fin du repas.

    Un important travail de présentation est réalisé par les dames de cantine. Cela incite davantage les enfants à goûter aux plats proposés.

     

    Haro sur la mayo

    La mayonnaise n'est pas autorisée dans l'accompagnement des entrées.

    Pour cette raison, des échantillons de moutarde sont proposés.

    M. FLORA précise que ce point sera étudié en interne, et voir ce qu'il est possible d'améliorer.

     

    AU MENU DES PROCHAINS MOIS

    Les menus pour la prochaine période sont détaillés et commentés par les dames de cantine, qui font des ajustements.

    Des menus à thème sont proposés pour la prochaine période janvier / février :

    - menu épiphanie;

    - menu allemand;

    - menu chandeleur;

    - menu blanc comme neige.

     

    M. FLORA fixe la prochaine Commission Cantine au mardi 30 janvier à 18h00. La séance est levée à 19h45.


    votre commentaire
  • Nous avons participé à la réunion en mairie le 30 novembre, à propos de l'évaluation et de la réécriture du PEDT (Projet éducatif territorial) et Rythmes scolaires 2018-2019. Bref retour. 

    Au regard des remontées des questionnaires et des positions diverses des trois conseils d'école, la position de la municipalité irait plutôt dans le sens du maintien à 4.5 jours avec une position personnelle du maire soutenue par sa majorité. La réunion avait donc pour but d'échanger sur les questions suivantes : 

    Comment limiter les effets négatifs repérés au cours des 3 années écoulées dans la future organisation et comment les améliore-t-on ? Quels objectifs se fixe-t-on dans ce PEDT ? Maintient-on le rythme actuel ou le fait-on évoluer pour entendre les points négatifs ?
     

    Sur le rythme
     

    Au vu du morcellement de la journée et la fatigue des enfants, et ce sentiment des enseignants que le périscolaire prend de la place et l'emporte sur le temps scolaire, la piste suivante a largement été évoquée : 

    pour les primaires :

    • deux journées "longues" scolaires (identique d'avant les rythmes 8h30-11h30 et 13h30-16h30) les lundi et mardi, mercredi matin.
    • deux journées  "courtes" (après midi 13h30-15h) le jeudi et vendredi, avec 90 mn de NAP. Un temps plus long de NAP permettrait d'assurer une pause aux enfants et offrir une plus longue séance de NAP. 

    pour les maternelles : maintien de l'organisation actuelle car nécessité de temps pour activité moins long et maintien de la sieste.

    Autre proposition, faite par Mme Baptistal, la directrice des Mollières : allonger la matinée du mercredi matin jusqu'à midi et par exemple, allonger d'un quart d'heure sur deux jours la pause du midi. Objectif : profiter au maximum de ce temps d'apprentissage du mercredi matin qu’elle trouve très bénéfique. 

    La mairie va faire plusieurs hypothèses de calcul pour respecter les 24 heures d'enseignement et voir quel impact cela aurait sur le temps du midi....

     

    Sur les objectifs du PEDT : 

    Dans le PEDT qui se termine, les objectifs sont à préciser pour être mieux appréhendés et évalués. Les objectifs actuels sont très honorables mais un peu flou et donc… fourre-tout (pour rappel : Respecter le rythme de tout enfant / S’épanouir avec les autres / S’ouvrir à d’autres horizons / Favoriser l’entraide). La piste est donc de les affiner et de trouver des sous-objectifs permettant de quantifier et qualifier les activités. Bref, que ce soit plus concret. 

    Mais dans les échanges, il est apparu nécessaire de mieux communiquer avec les parents sur ce qui est fait aux NAP et sur les effets recherchés en utilisant telle ou telle activité : une animatrice de Lassagne a très bien expliqué l'usage et sa recherche de sens en utilisant l'outil pâte-à-modeler. Sauf que le retour qui est fait aux parents est l'usage de la seule pâte-à-modeler, sans faire ressortir le sens à donner.

    Les parents d'élèves présents ont aussi soumis l'idée de chercher une cohérence entre les différents temps scolaire et périscolaire. Les parents d’élèves des Mollières ont par exemple proposé que le projet d’école et le PEDT soient cohérents : l’objectif « entraide », inscrit dans le projet d’école des Mollières, pourrait figurer dans le PEDT. Nous (Lassagne) avons parlé du groupe de travail « non-violence », qui pourrait irradier sur le temps scolaire comme sur le temps non-sco. 

    Nous avons ainsi suggéré que figurent au prochain PEDT les objectifs suivants (entre autres) : 
     - Assurer une continuité éducative entre les différents temps des enfants, afin de s’adapter à leurs rythmes dans le but final d’améliorer leur scolarité

    - Valoriser et expliciter les activités périscolaires comme les réalisations scolaires en en laissant une trace (idée que les 2 dernières séances de chaque cycle de NAPs soient consacrées à en faire un compte-rendu (« j’ai aimé, j’ai pas aimé ») qui pourrait être diffusé aux familles. Ou idée d’une fête des NAPs, ou d’une expo des NAPs en marge de la kermesse. 

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Les conseils d'école ont eu lieu courant novembre dans les trois écoles publiques de la commune de L'Arbresle. Ils ont abordé de nombreux points, sur lesquels nous reviendrons dans de prochains billets. Mais l'essentiel des débats s'est porté sur la question des rythmes scolaires. 

     

    Pour rappel, un décret paru au journal officiel du 28 juin 2017 autorise des adaptations à l’organisation de la semaine scolaire mise en place à partir de 2013, par dérogation. L’adaptation peut être demandée par une proposition conjointe d’une commune et d’un ou plusieurs conseils d’école ; elle est accordée par le directeur académique des services de l’Éducation nationale. Concrètement, cette adaptation peut consister en la mise en place de la semaine de quatre jours. Toutefois, le retour à la semaine de quatre jours doit s’opérer en respectant la durée d’enseignement hebdomadaire de 24 heures et sans que la journée scolaire n’excède six heures d’enseignement. Le directeur académique qui autorise une adaptation peut décider qu’elle s’applique dans toutes les écoles d’une commune quand une majorité des conseils d’école s’est exprimée en sa faveur.

     

     

    LE DEBAT A L’ECOLE ELEMENTAIRE LASSAGNE :

     

    La position de la FCPE :  

    ·      Les apprentissages le matin sont plus performants : on ne peut pas déplorer que « le niveau baisse » et que la France soit mal placée dans les enquêtes PISA et vouloir concentrer les apprentissages fondamentaux sur 4 jours. 5 matinées sont bénéfiques.

    ·      Certaines familles ont pu, grâce à ce mercredi matin dégagé, allonger leur temps de travail et donc leurs revenus.

    ·      Ce mercredi matin, s’il est chômé par les enfants, engendrera pour certaines familles un surcoût : le centre de loisirs, la nourrice...

    ·      L’effet « grasse matinée » ou « journée raccourcie » ne bénéficiera qu’à une minorité, et pas forcément celle qui a le plus besoin de l’école pour apprendre.

    Le conseil local de la FCPE reconnait que cette réforme a de nombreuses faiblesses, mais votera pour le maintien de la semaine à 4,5 jours et précise qu’aucune consigne de vote n’a été donnée aux représentants de parents présents.

     

    Position du DDEN : maintien de la semaine à 4,5 jours, pour les mêmes raisons que la FCPE.

     

    Position(s) de l’équipe enseignante

    Les enseignants reconnaissent que les 5 matinées sont profitables aux apprentissages mais déclarent être majoritairement favorables à la semaine de 4 jours. Ils avancent les arguments suivants :

    ·      Excitation et fatigue importante chez les enfants, sont toujours pressés, certains élèves craquent, du jamais vu auparavant. Le jeudi, en particulier, est une journée difficile.

    ·      La journée du lundi (pour rappel : classe au rythme « d’autrefois », 8h30-11h30/13h30-16h30) est appréciée car « on prend son temps en classe ».

    ·      Dans les petites classes toutefois (CP), la journée raccourcie (classe terminant à 15h30) est profitable car elle respecte le rythme des enfants. Pour ces élèves, le regroupement des NAPs sur une après-midi ne conviendrait pas, et serait contraire à l’esprit de la réforme.

    ·      Les enseignants sont fatigués, n’ont jamais le temps de souffler.

    ·      Les pauses méridiennes sont très souvent consacrées aux réunions d’équipe, aux équipes éducatives. En découle une difficulté à déjeuner, à aller aux toilettes.

    ·      Les enseignants demandent à savoir quand la décision définitive sera prise de manière à pouvoir participer au mouvement de mutation dans le cas où la commune opterait pour les 4,5 jours.

    ·      La directrice se déclare à titre personnel favorable aux 4,5 jours mais souhaite privilégier le bien-être de son équipe.

     

    Mme Locatelli-Ferrus détaille le mode de scrutin : toutes les personnes présentes ont droit de vote excepté Mme Faure (mairie) et Mme Barrière (Farandole). La FCPE manifeste sa surprise face au fait que les enseignants aient plus de voix que de classes, alors que les parents sont cantonnés à la règle « un siège par classe. »

    Il est procédé au vote à bulletins secrets :

    Sur 27 votants : 4 votes blancs, 13 pour la semaine de 4 jours et 10 votes pour le maintien à 4.5 jours.

     

     

    LE DEBAT A L’ECOLE MATERNELLE DOLTO :

     

    Le point de vue de la Mairie :

    ·      Gros surplus de travail pour la Mairie

    ·      Importance de permettre à certains enfants de faire des activités gratuitement qu’ils ne feraient pas autrement

    ·      Le fond de soutien financier de l’état est conditionné par les 4 jours et demi

    ·      Souhaite rester à 4 jours et demi

     

    Le point de vue des enseignantes :

    ·      La semaine de 4 jours et demi n’apporte pas de bienfaits par rapport à la semaine de 4 jours (génère de la fatigue et du stress)

    ·      Les 4 jours étaient plus confortables d’un point de vue pratique (matériel)

    ·      On ne voit plus les parents que le lundi à 16h30 et le mercredi à 11h30

    ·      Fatigue des enfants

    ·      Les enfants préfèrent globalement la journée du lundi.

    ·      Surcharge de travail des ATSEM impactée sur la préparation de la classe

     

    Le point de vue des parents délégués FCPE :

    La FCPE avance les mêmes arguments que lors du conseil d'école Lassagne une semaine auparavant. Elle concède que le rythme de 4,5 jours ne convient pas vraiment aux enfants de maternelle mais il est impossible de fonctionner sur deux rythmes différents (maternelle et élémentaire). Au vu de cela, la FCPE préfère privilégier les apprentissages élémentaires répartis sur 5 matinées. 

     

    Le point de vue des ATSEM :

    ·      La première année il y avait des intervenants extérieurs (danse, yoga, tennis)

    ·      Les activités proposées sont souvent les mêmes que celles en classe.

    ·      Les ATSEM ont le sentiment de s’essouffler en ce qui concerne les activités

    ·      Problème d’absentéisme des intervenants non remplacés

     

    Le point de vue des DDEN :

    Pour la semaine de 4 jours et demi pour les mêmes raisons que les parents délégués.

     

    Résultats du vote du conseil d’école, à main levée :

    5 voix pour le retour à la semaine de 4 jours (toutes les enseignantes)

    7 voix pour le maintien à la semaine de 4 jours et demi (tous les parents + 1 élu + 1 DDEN)

    Pour information, le conseil d'école des Mollières a voté à main levée comme suit : 

    1 voix pour le retour à la semaine de 4 jours (1 parent)
    10 voix pour le maintien de la semaine à 4,5 jours (l’ensemble des enseignants présents + 2 élus + 4 parents)

    1 abstention (le DDEN - un autre que celui de Lassagne et Dolto)
    Un parent était absent (et aucune procuration était autorisée)

     

    La mairie devrait prendre une décision définitive pour le 15 février. D'ici là, nous, parents élus, participons activement aux réunions du comité de suivi du Plan Educatif de territoire (PEDT) et de suivi des rythmes scolaires.  


    votre commentaire
  •  

    Rythmes scolaires et conseils d'école

     

    Nous étions jeudi 9 novembre à la mairie pour une réunion sur l’évaluation du PEDT (plan éducatif de territoire) (NAP et rythmes) au cours de laquelle une restitution du questionnaire sur les rythmes scolaires nous a été faite. 

     

    Pour info : 2017-2018 est la 4e année de NAP. 

    445 enfants sont inscrits (soit 82% des effectifs) sur les 3 écoles publiques. 

    Ce sont donc 26 groupes de NAP chaque soir, et 39 intervenants sur la commune. 

     

    Sur les rythmes, il ressort généralement que :

    - le mercredi matin (demi-journée supplémentaire d’enseignement) est bénéfique pour les enfants d’élémentaire, difficile pour ceux de maternelle, pour qui le manque de pause se fait sentir. 

    - les enfants « courent » beaucoup (pas de pause entre la classe et les NAPs).

    - le temps de collectivité reste long et le restera pour la majorité des enfants quel que soit l’organisation de la semaine adoptée (ils se lèvent pour aller au centre de loisirs / chez la nounou etc.). 

    - les activités proposées aux NAPs sont globalement de qualité, avec un désir de renouvellement et de variété en maternelle. 

     

    Pour ce qui est du questionnaire en lui-même : dans l’ensemble, une participation des parents relativement faible pour un sujet aussi important, à savoir, comme pour l’élection des parents d’élèves : 40%. Comme dirait François Gilet, président des parents d’élèves des Mollières : « sûrement 2 explications, soit les parents n’en ont rien à faire ou soit ils sont satisfaits et pensent qu’il n’est pas important de répondre à un questionnaire. » En tout cas, on ne peut pas dire qu’il y ait un plébicite net en faveur des 4,5 jours ou des 4 jours : c’est plutôt moitié/moitié. 

     

    Globalement, à Dolto, les parents favorables au maintien et ceux qui veulent un retour aux 4 jours se répartissent 50/50. A Lassagne, sur 77 répondants, 33 veulent un maintien à 4,5 jours et 44 un retour aux 4 jours. Les parents sont globalement satisfaits des NAPs proposés. Si on restait à 4,5 jours, 66% opteraient pour la même organisation. 

     

    Lors du conseil d’école, il sera procédé à un vote : pour la conservation de la semaine à 4,5 jours ou pour le passage à la semaine à 4 jours.  

    Bien que cette réforme ait de nombreuses faiblesses, la FCPE est favorable au maintien de la semaine à 4,5 jours, pour les raisons suivantes : 

     

    • Les apprentissages le matin sont plus performants : on ne peut pas déplorer que « le niveau baisse » et que la France est mal placée dans les enquêtes PISA et vouloir concentrer les apprentissages fondamentaux sur 4 jours. 
    • Certaines familles ont pu, grâce à ce mercredi matin dégagé, allonger leur temps de travail et donc leurs revenus. 
    • Ce mercredi matin, s’il est chômé par les enfants, engendrera pour certaines familles un surcoût : le centre de loisirs, la nounou… 
    • L’effet « grasse matinée » ou « journée raccourcie » ne bénéficiera qu’à une minorité, et pas forcément celle qui a le plus besoin de l’école pour apprendre.  

     

    PRECISION IMPORTANTE : c’est le maire de la commune qui aura le dernier mot, une fois que l’ensemble des 3 conseils d’école se seront prononcés. Pour repasser aux 4 jours, une demande de dérogation doit être faite à l’Inspection de l’EN.  

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires